trier par
Copyright © 2023 ABES / OCLCListe des résultats | Notice détaillée | Où trouver ce document ?  
Recherche (PPN) 203893336 | 1 résultat(s)

Prêt Entre Bibliothèques Prêt
Photocopie

Services  
1

Ressources électroniques

Identifiant pérenne de la notice : 
 
 
 
Type(s) de contenu (modes de consultation) :
Texte (informatique)
Type de support matériel :
Ressource dématérialisée
 
Titre : 
Huit portraits de compositeurs sous le nazisme / Michael H. Kater ; Sook Ji, Martin Kaltenecker
Auteur(s) : 
Ji, Sook. Traducteur
Date(s) : 
2017
Langue(s) : 
français
Pays : 
Suisse
Publication :
Description : 
Données textuelles
ISBN : 
978-2-940599-48-6
Autre(s) numéro(s) : 
10.4000/books.contrechamps.896 (Source : DOI)
 
Notes : 
Titre provenant de la page de titre du document électronique
 
Note sur les droits d'accès :
L'accès complet au document est réservé aux usagers des établissements qui en ont fait l'acquisition
 
Formats disponibles : 
PDF (2017) ; EPUB (2017) ; HTML (2017)
Configuration requise : 
Navigateur Web
 
Résumé(s) : 
Dans ce livre qui complète une série d'études menées sur la culture durant l'époque nazie, l'historien Michael Kater suit le parcours de huit compositeurs très différents les uns des autres, auscultant le comportement d'artistes qui avaient déjà, au moment de l'avènement de Hitler en 1933, une réputation dans la sphère musicale allemande et internationale. Son étude minutieuse, qui s'appuie sur une documentation en partie inédite, d'une exceptionnelle richesse, suit la trajectoire de personnalités qui choisirent ou bien la collaboration et l'opportunisme, ou bien la résistance et l'exil. Dans la première catégorie, les deux compositeurs postromantiques, Strauss et Pfitzner, s'accommodèrent du pouvoir nazi au nom de la grande tradition germanique ; Hindemith partageait cette position, mais le modernisme qu'il avait incarné sous la République de Weimar suscitait un rejet qui le contraignit finalement à l'exil. Orff et Egk saisirent l'occasion de faire carrière et de représenter la nouvelle Allemagne par leurs œuvres et leur activité. À l'opposé, Schoenberg et Weill, qui étaient juifs, prirent immédiatement le chemin de l'exil. Hartmann, enfin, cessa de composer, restant à l'écart de la vie publique jusqu'à la fin de la guerre. Ces huit destins croisés mettent cruellement en jeu les rapports entre l'esthétique et la politique, sur fond de lutte entre les Anciens et les Modernes
 
 
 
Autre édition sur un autre support : 
Huit portraits de compositeurs sous le nazisme [Texte imprimé]. - Genève : Éditions Contrechamps, 2011 
Liens externes
Worldcat :