trier par
Copyright © 2022 ABES / OCLCListe des résultats | Notice détaillée | Où trouver ce document ?  
rechercher (et) (Tous les mots) Gilles Sionnet | 1 résultat(s)

Prêt Entre Bibliothèques Prêt
Photocopie

Services  
1

Matériel audio-visuel

Identifiant pérenne de la notice : 
 
 
 
Type(s) de contenu (modes de consultation) :
Images animées (vidéo)
Titre : 
140 000 chinois pour la grande guerre / Olivier Guiton, réalisateur / Olivier Guiton, réal., aut. ; Véronique Izambard, Gilles Sionnet, aut.
Alphabet du titre : 
latin
Auteur(s) : 
Guiton, Olivier (19..-....). Metteur en scène ou réalisateur
Sionnet, Gilles. Auteur
Date(s) : 
[2006]
Langue(s) : 
français
Pays : 
France
Editeur(s) :
Description : 
1 DVD zone 2 (50 min)) : coul. avec séquences n. et b., (PAL), sonore
 
Notes : 
Version originale en français. Sous-titrage optionnel en français pour sourds et malentendants. - Contient des images d'archives. - Date d'édition d'après la date de réception du document. - Cop. : Alif productions, La Sept-Arte, France 3, 1997. - Autre forme de titre : Cent quarante mille Chinois pour la Grande Guerre
 
 
 
 
Résumé(s) : 
Parmi ceux qui, de tout temps, ont voulu fuir la misère de leur pays, 140 000 Chinois furent vendus à la France en 1916-17 pour les besoins de la Grande Guerre. La plupart ont rompu tout lien avec la Chine. Ceux qui n'ont pas péri rapidement ont fait leur vie en France, entre nostalgie du pays d'origine et justification de l'acte d'émigrer. Images d'archives et d'aujourd'hui s'entrecroisent. La guerre de 14-18 est très meurtrière. Pour "se ravitailler" en hommes, la France et l'Angleterre se tournent vers leurs anciennes concessions et recrutent des Chinois. Dès leur arrivée, la plupart sont nantis d'un matricule et d'un uniforme. Sinon, ils sont enrôlés dans les camps militaires, les manufactures d'armes, les fonderies, ou voués aux besognes insalubres. On apprécie cette main d'oeuvre habile et robuste, mais les comportements xénophobes sont légion. L'armistice signée, ils sont soudain jugés inaptes. Certains tentent des retours de fortune, d'autres prennent souche. Les fils à qui ils n'apprendront pas le chinois, vont à l'école. Ils témoignent ici des existences simples et sans gloire de leurs pères, qui n'ont jamais vraiment su parler le français, ni manger sans baguettes. (Marie Dunglas)
 
 
 
Appartient à la collection : 
 
Autre(s) titre(s) : 
Cent quarante mille Chinois pour la Grande Guerre
 
Sujets : 
 
Liens externes
Catalogue Général de la BnF : 
Worldcat :