trier par
Copyright © 2020 ABES / OCLCListe des résultats | Notice détaillée | Où trouver ce document ?  
Recherche (PPN) 132133520 | 1 résultat(s)

Prêt Entre Bibliothèques Prêt
Photocopie

Services  

Liens
1

Thèses (version de soutenance)

Identifiant pérenne de la notice : 
 
 
 
Type(s) de contenu (modes de consultation) :
Texte
Titre : 
Réseaux et systèmes de télécommunications dans une région périphérique du Sénégal : Ziguinchor en Casamance / par Mbaye Dieng ; sous la direction d'Annie Chéneau Loquay
Mémoire ou thèse (version d'origine)
Alphabet du titre : 
latin
Auteur(s) : 
Dieng, Mbaye. Auteur
Chéneau-Loquay, Annie (1949-....). Directeur de thèse
Université Bordeaux Montaigne. Organisme de soutenance
Date(s) : 
2008
Langue(s) : 
français
Pays : 
France
Editeur(s) :
[S.l.] : [s.n.], 2008
Description : 
1 vol. (390 f.) : ill. ; 30 cm
Num. national de thèse : 
2008BOR30079
 
 
Thèse : 
Annexes : 
Bibliogr. : p. 355-372
 
Résumé(s) : 
La région de Ziguinchor est la circonscription administrative la plus isolée sinon la plus lointaine du Sénégal. L’héritage colonial en fait un territoire coupé du reste du Sénégal par un pays étranger, la Gambie. Cette région très particulière est marquée par un enclavement territorial et une situation géopolitique de «ni paix ni guerre» depuis 1982. Les liaisons terrestres, aériennes et maritimes avec le reste du pays sont très difficiles. En réalité, ce manque d’intégration dans l’ensemble national sénégalais positionne la région de Ziguinchor dans une situation périphérique par rapport aux po��les essentiels d’activités économiques du Sénégal : Dakar et la région du Cap-Vert. En plus, cette région subit les conséquences d’un long conflit séparatiste qui a fini par la traumatiser.Toutefois, alors qu’en raison de toutes ces caractéristiques, on pourrait s’attendre à un retard en matière de diffusion des TIC, cette région s’aligne de plus en plus sur les autres régions du Sénégal qui ont bénéficié d’un ambitieux programme de modernisation des infrastructures de la part de l’opérateur historique de téléphonie, la Sonatel. Durant la décennie 1996-2006, la Société Nationale des Télécommunications a doté cette région des dernières innovations technologiques en matière de télécommunications. Ces réseaux d’infrastructures, bien qu’inégalement répartis sur le territoire régional, permettent à la région de Ziguinchor d’être reliée aux flux mondiaux d’information.Sous l’impulsion des entrepreneurs privés locaux, du marché de l’informel, et de l’aide internationale, se développent, des points d’accès aux TIC de type Télécentre pour le téléphone et Cybercentre pour l’Internet. L’accès au téléphone s’est considérablement amélioré grâce aux télécentres qui ont amené le téléphone au cœur de certains villages totalement enclavés. En milieu urbain, les Cybercentres, principaux lieux de connexion à Internet apparaissent et deviennent des éléments forts de la structuration des espaces urbains.L’espace de relation de la région s’élargit. Mais la vraie révolution dans les communications est le téléphone mobile. Acquisition par souci d’efficacité pour les professionnels, outils de fascination pour les jeunes, le mobile touche toutes les couches sociales. Son usage s’étend au cœur des zones rurales qui l’adoptent grâce à sa facilité d’utilisation et l’extension de la couverture du réseau. Des usages très innovants apparaissent. Le volume des communications passées depuis la région est en constante augmentation. Letéléphone constitue un lien solide afin de lutter contre l’obstacle de l’éloignement physique et surtout raffermir le lien social qui n’est plus basé sur la proximité spatiale. Les usages d’Internet (courriel d’abord) et du téléphone mobile révèlent des effets à la fois d’extraversion et de recentrage de la société Ziguinchoroise. Mais le véritable désenclavement de la région de Ziguinchor passera-t-il forcément par l’accroissement de la capacité d’accès aux TIC des populations ? Dans une certaine mesure oui sans doute, mais tant que les voies de communication matérielles ne seront pas améliorées, et que la paix ne sera pas effective les populations garderont le sentiment d’être isolées et oubliées. Le développement est un tout et le monde virtuel seul ne peut pas pallier le manque de services de base pour les populations même s’il doit contribuer à mieux les gérer. Contrairement à ce que certains organismes internationaux ont pu affirmer dans l’euphorie des années quatre vingt dix, les TIC ne font pas le « développement », ils ne sont que des outils pour y contribuer.
 
Ziguinchor belongs the most isolated administration’s area in Senegal. The colonial legacy in fact a territory cut off from the rest of Senegal by a foreign country, Gambia. This very special region is marked by a territorial enclaves and geopolitical situation of "neither peace nor war" since 1982. The land, air and sea with the rest of the country are very difficult. Really, this Senegalese altogether national lack of integration positions the region of Ziguinchor in a peripheral situation with regard to the essential poles of economic activities of Senegal: Dakar and the region of the Cape Verde. Besides, this region undergoes the consequences of a long separatist conflict which eventually traumatized it.However, while because of all these characteristics, one would expect a delay in the dissemination of ICT, this region aligns itself increasingly on other parts of Senegal who received an ambitious program modernization of infrastructure from the incumbent phone, Sonatel. During decade 1996-2006, the National Company of Telecommunications endowed this region of the last technological innovations in telecommunications. These networks of infrastructures, although unevenly distributed on the regional territory, allow the region of Ziguinchor to be connected with the world streams of information. At instigation of the local deprived entrepreneurs, of the market of the informal, and the international assistance, develop, points of access in TRICK of type Télécentre for the telephone and Cybercenter for the Internet. The access to the telephone considerably improved thanks to the télécentres which brought the telephone in the heart of certain totally enclosed villages. In urban zones, the Cybercentres, the main places of connection with Internet appear and become strong elements of the structuralization of the urban spaces. The space of relation of the region widens. But the true revolution in the communications is the mobile phone. Acquisition by concern of efficiency for the professionals, the tools of fascination for the young people, the mobile touches all the sectors of society. His use extends in the heart of the rural zones which adopt it thanks to the ease of use and the extension of the cover of the network. Very innovative manners appear. The volume of the communications crossed since the region is in constant increase. The telephone establishes a solid link to fight against the obstacle of the physical estrangement and especially firm up the social link which is not any more based on the spatial nearness. The manners of Internet (e-mail at first) and of the mobile phone reveal effects at the same moment of extraversion and centring of the society Ziguinchoroise. But will the real opening up of the region of Ziguinchor cross necessarily by the increase of the capacity of access in TRICK of the populations? To a certain extent yes doubtless, but as long as the material communications will not be improved, and that the peace will not be actual the populations will keep the feeling to be isolated and forgotten. The development is a whole and the only virtual world cannot mitigate the lack of basic services for the populations even if he has to contribute to manage them better. Contrary to what certain international bodies were able to assert in the euphoria of the years ninety, TRICK do not make the "development", they are only tools to contribute to it.
 
 
 
Autre édition sur un autre support : 
 
Sujets : 
Forme ou Genre : 
 
Lien(s) externe(s)
Worldcat :